4 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur les déodorants

Déodorant dans l'AntiquitéDéodorants et Anti-transpirants sont devenus des produits d’hygiène indispensables. Ils existent sous de nombreuses formes (stick, spray, vapo, lingette, crème…) et plus encore de parfums ! Leurs efficacités comme leur formulations (naturelle ou non) sont incroyablement diverses. Le rayon qui leur est consacré, dans votre supermarché ou votre parapharmacie, donne une petite idée de l’étendue de l’offre.

Mais qu’en est-il exactement de ce produit cosmétique qui semble si banal ? Voici quelques faits que vous ignorez peut-être sur les déodorants.

Le déodorant a plus de 4000 ans 

Parfumer son corps pour dissimuler ses odeurs corporelles n’est pas une idée neuve. Les habitants de l’Egypte Antique appliquaient déjà des produits parfumés sur leurs aisselles après leur bain(1). Les Grecs Anciens en firent de même, puis les Romains qui pratiquaient bains parfumés et déodorant. Mais la pratique ne survécut pas à la chute de l’Empire Romain. Au Moyen Age, les effluves corporelles retrouvèrent toute leur intensité animale. Le savon dont l’usage était connu depuis l’époque Phénicienne disparu également.

Il fallut attendre la fin du XIXe siècle pour que l’usage en soit repris. La première marque de déodorant apparut au Etats Unis en 1888 (Mum) et le premier anti-transpirant en 1903 (Everdry).

Les déodorants efficaces sont antibactériens

La sueur en elle même n’a pas d’odeur. C’est la décomposition des éléments qu’elle contient (en particulier des corps gras) par les bactéries à gram positif présentes sur la peau qui est à l’origine des odeurs de transpiration. Les déodorants efficaces agissent donc sur le développement des bactéries. En évitant la propagation de celles-ci sur les zones de sudation, ils évitent la formation de l’odeur de transpiration. Ce qui fera l’efficacité d’un déodorant sera donc son pouvoir antibactérien.

Les déodorants sont tous unisexe

En matière de déodorant, les besoins des femmes comme des hommes sont équivalents. Les femmes auraient en moyenne davantage de glandes sudoripares, mais les hommes ont des glandes qui produisent plus de sueur. Conclusion, il n’y a pas de formulation de déodorant plus adaptée à la peau des femmes qu’à celle des hommes. Tout est une histoire de marketing… et de parfum !

Les déodorants ne sont pas toujours utiles

Les odeurs corporelles varient beaucoup d’un individu à l’autre. Cette variation n’est pas le seul fait d’une hygiène plus ou moins soigneuse ou d’une transpiration plus ou moins abondante. La production d’odeur dépend du microbiote (la population bactérienne) qui peuple notre derme et en particulier nos aisselles. Chez 2% de la population, la variation d’un gène entraînerait l’absence de production d’un élément chimique indispensable à l’alimentation des bactéries produisant les odeurs de transpiration. Ces petits veinards n’ont donc aucun besoin de déodorant, mais ils ne le savent pas toujours. Des chercheurs ont découvert que l’habitude d’utiliser des produits déodorants était aussi répandu chez les porteurs du gène « sans odeur » que chez ceux qui ne l’avaient pas.

(1)   All About/Deodorants; The Success of Sweet Smell. New-York Times

(2) People Who Don’t Stink Still Wear Deodorant – Live Science

 

Articles liés

Pourquoi les aisselles ont-elles une odeur forte ?

Comment lutter contre les odeurs de transpiration 



Commentaires fermés.