5 conseils pour randonner au sec

Randonner au secVous faîtes peut-être partie de ces randonneurs qui se liquéfient dès qu’ils ont une cadence soutenue. Au bout d’une heure de marche, quelque soit le dénivelé, votre maillot est trempé alors que le sommet ou la fin de l’étape est encore loin. Les arrêts n’ont plus rien d’agréable, il suffit que le vent se lève un peu pour que vous grelottiez. La transpiration pendant l’effort est certes le moyen naturel  et indispensable de réguler la température du corps, mais c’est aussi une contingence désagréable qui peut gâcher les meilleurs moments d’une randonnée en pleine nature. Voici quelques conseils pour éviter que ces suées ne vous fassent trop suer 😉

  1. Choisissez des vêtements respirant qui laissent passer la vapeur d’eau évacuée par la transpiration.
    • Plus un tissu est respirant, moins vous serez mouillés par votre transpiration si c’est un vêtement.
    • La respirabilité désigne la capacité d’un tissu à évacuer la vapeur d’eau. Elle se mesure en Résistance Evaporative Thermique (RET). La RET est surtout utilisée pour caractériser la respirabilité des vestes, pantalons et surpantalons imperméables de randonnée. En théorie, plus un vêtement est imperméable et moins il est respirant. En pratique, les vêtements très techniques associent très bien les deux propriétés
    • L’indice de respirabilité s’établit de 0 à 20. O indiquant un tissu ultra-respirant et 20 non respirant.
      1. Si l’indice RET est inférieur à 6, le tissu est ultra-respirant. Votre vêtement restera confortable et sec même en plein effort.
      2. Si l’indice RET est compris entre 6 et 12, le tissu est très respirant. Votre vêtement est prévu pour un effort d’intense à modéré.
      3. Si l’indice RET est supérieur à 12, le tissu est moyennement respirant. Votre vêtement sera inconfortable dès que vous effectuerez un effort un peu soutenu.
  2. Évitez de porter du coton ou du bambou. Ces fibres naturelles se chargent très vite en eau et sèchent lentement. Vous serez rapidement trempé. De plus les vêtements imbibés de sueur, en plus de vous tenir froid, peuvent générer des irritations dans les zones de frottement. L’idéal est de porter sur le corps un maillot en fibres synthétique « quick dry », c’est à dire qui sèche rapidement. Il en existe à tous les prix dans les magasins de sport.
  3. Adoptez le système des 3 couches : Le système des 3 couches attribue une fonction spécifique à chaque vêtement, à vous ensuite de moduler en fonction de la situation.
    1. La couche contre la peau doit évacuer la sueur vers l’extérieur sans rester mouillée; C’est elle qui a pour but de garder votre peau au sec afin d’éviter la sensation de froid.
    2. La couche intermédiaire permet de garder la température du corps et de filtrer les rayons solaires. C’est la couche isolante du froid ou du chaud.
    3. La couche externe imperméable et coupe vent protège des intempéries. Elle devra comme les deux premières être respirante pour ne pas piéger la sueur générée par l’effort.
  4. Ne vous couvrez pas trop. Dès que vous avez trop chaud, enlevez un vêtement. La supériorité du système multicouche sur le vêtement unique multi-fonction est là. Avec plusieurs couches, vous gérez plus facilement votre température corporelle.
  5. Hydratez vous régulièrement, mais attention à ne pas trop consommer d’eau. L’idéal est de boire un peu à chaque étape plutôt que de boire énormément à l’arrivée. Vous éviterez ainsi la déshydrations et l’insolation, sans noyer votre organisme.

Enfin ne négligez pas les chaussettes ! Celles-ci devront absorber la transpiration, être respirantes, sécher rapidement pour éviter les ampoules et les irritations et si possible anti-bactériennes pour une action anti-odeur bien utile lors des étapes. Les chaussettes de marche en fibre Xstatic sont une excellente alternative.

 



Commentaires fermés.