Pourquoi les aisselles ont-elles une odeur forte ?

Smelly_Armpit-WomanDans le corps humain, deux zones concentrent habituellement les odeurs fortes : les pieds et les aisselles. Mais pourquoi certaines personnes souffrent d’odeurs gênantes plus que d’autres ?  Cette question intrigue les scientifiques. L’hygiène et l’intensité de la transpiration n’expliquent pas tout. Un laboratoire de recherche de l’université de Gand en Belgique a entrepris une série d’études pour mieux comprendre les phénomènes en cause dans la production des odeurs de transpiration (tout particulièrement celles des aisselles).

En premier lieu, ils ont étudié la population bactérienne des aisselles d’une cinquantaine de volontaires(1). Ils ont découvert que la diversité des bactéries présentes dans cette partie du corps était relativement modeste (33 phylotypes différents contre 158 pour la main). Deux genres bactériens se taillent la part du lion : les staphylocoques et les corynébactéries. Seules les corynébactéries développent des odeurs désagréables lorsqu’elles dégradent la sueur.

Les aisselles des femmes sont généralement dominées par des staphylocoques, tandis que celles des hommes contiennent plus de corynébactéries . Cela est probablement dû au fait que les hommes ont une peau plus épaisse, générant un sueur riche en corps gras, le plat préféré de la corynébactéries lipophiles. De même ils ont constaté que les microbiotes de l’aisselle gauche ou droite pouvaient différer. Ainsi, l’odeur d’une aisselle peut être plus forte que celle de l’autre.

Dans une autre étude (2), la même équipe de chercheurs a étudié l’effet des déodorants et des anti-transpirants sur la population bactérienne des aisselles. Les antisudoriques en particulier n’ont qu’un effet limité sur les populations de corynébactéries. Dès que l’on cesse leur utilisation, puis qu’on la reprend, on constate une forte augmentation du groupe des actinobactéries, dont font partie les corynébactéries responsables des odeurs de transpiration. Les antisudoriques ne seraient efficaces que sur les staphylocoques non impliqués dans la formation des odeurs.

Pour lutter efficacement contre les odeurs de transpiration gênantes, plusieurs pistes se dégagent de leurs premiers résultats :

  • Avoir une hygiène impeccable en changeant de vêtement tous les jours et en utilisant si besoin une lessive anti-bactérienne afin d’éviter le repeuplement plus rapide des aisselles par des bactéries présentes dans les vêtements.
  • L’utilisation d’un déodorant anti-bactérien de façon régulière, si vous souffrez d’odeurs désagréables

La nouvelle formule du déodorant soin probiotique de DayDry(3) combine une double action efficace dans le rééquilibrage de la flore bactérienne des aisselles malodorantes  : un actif anti-bactérien qui agit plus spécifiquement sur la population de corynébactéries et un complexe probiotique qui inhibe le développement des bactéries dégradant la sueur.

(1) Staphylococcus and Corynebacterium clusters in the human axillary region

(2) Deodorants and antiperspirants affect the axillary bacterial community

(3) Des probiotiques dans mon déodorant – Blog DayDry

 

 



Commentaires fermés.