Stress et transpiration, comment ça marche

sweat_glandsEn cas de stress ou d’émotions fortes, le cerveau s’affole et stimule une glande, la médullosurrénale, qui fabrique de l’adrénaline en permanence. Résultat : la transpiration se déclenche et c’est la poussée de sueur.  Tout à coup, les aisselles, le front ou les mains sont humides. Cette transpiration émotionnelle est plus réactive que la sudation déclenchée par la chaleur. En quelques secondes, les glandes se mettent à produire de la sueur.

En réponse au stress, la transpiration se déclenche…

Lorsque l’on fait un effort ou que la température est élevée, la transpiration est sécrétée par les glandes sudoripares qui se trouvent sur l’ensemble du corps. Ces glandes (entre trois et cinq millions), appelées eccrines, sécrètent une sueur composée principalement d’eau. Cette sudation permet de maintenir le corps à une température stable et de contribuer à l’hydratation de la peau. En s’évaporant, la sueur refroidit la surface cutanée et régule ainsi la température de l’organisme.

Mais un autre type de glandes sudoripares, les glandes apocrines, sont également impliquées dans la production de sueur. Ces glandes se retrouvent dans la région des aisselles et la zone génitale. Elles produisent un liquide épais, riche en corps gras, qui en se décomposant en présence des bactéries à la surface de la peau produit une odeur forte. Or les glandes apocrines semblent réagir davantage aux stimuli tels que l’angoisse, la peur ou l’excitation.

La transpiration émotionnelle est plus forte et plus odorante

Lorsque la transpiration est due au stress, les glandes eccrines comme les glandes apocrines sont impliquées, ce qui explique le volume et l’odeur plus forte de cette transpiration.  Si la transpiration est un mécanisme naturel pour refroidir l’organisme lorsqu’il fait chaud, la transpiration due au stress reste encore très mystérieuse. Certains scientifiques avancent le fait que cette sudation aurait un rôle d’avertissement envoyé aux personnes autour. L’odeur désagréable agirait sur le cerveau comme un stimulus négatif : « je ne me sens pas bien, éloignez-vous ! » ou « attention , danger ! »

Pour tester l’efficacité des déodorants, les chercheurs ont d’ailleurs mis au point des tests sur des personnes en situation de stress, le Trier social stress test (TSST). Les participants sont placés dans la situation d’un entretien professionnel fictif, lors duquel ils doivent tenir un discours sans notes et effectuer des calculs mentaux. Le rythme cardiaque du sujet est enregistré tout au long de l’entretien et les niveaux d’hormone du stress sont analysés avant et après l’entretien, afin de mesurer le degré de stress induit. En outre, des questionnaires psychologiques sont menés afin d’évaluer le niveau de stress perçu par la personne elle-même. Cette procédure mesure la quantité de sueur produite dans la région axillaire ainsi que l’intensité des mauvaises odeurs dégagées. En comparant des aisselles traitées avec un produit cosmétique et des aisselles non traitées, on peut évaluer l’efficacité d’un déodorant ou d’un antitranspirant en situation de stress.

Comment gérer sa transpiration émotionnelle

Choisir le bon anti-transpirant ou déodorant semble donc important pour éviter l’embarras liée à cette transpiration soudaine. Les produits vendus en pharmacie ou sur des sites spécialisés comme DayDry sont plus efficaces que ceux disponibles en grandes surfaces. Il existe également des solutions textiles (t-shirt anti-transpiration ou patch anti-auréoles) qui éviteront l’apparition d’auréoles peu esthétiques. Enfin, dernière alternative, anticiper cette soudaine poussée de stress en prenant des gélules relaxantes et régulatrices de la transpiration ou pratiquer des exercices de relaxation.

 

Source Wikipédia : la transpiration liée au stress

Source Wall Street Journal : Why Stress Makes You Sweat



Commentaires fermés.