Traitement de la transpiration excessive par ionophorese

traitement par ionophorese

traitement par ionophorese

Depuis une vingtaine d’années, le traitement de la transpiration excessive par ionophorese s’est développé. Il est pratiqué à l’hôpital, en cabinet de dermatologie et dans certains centres spécialisés ou à domicile avec un appareil spécifique. La ionophorese convient en particulier pour le traitement des hyperhidroses modérées des pieds et des mains. Les médecins la préconisent lorsque l’application d’anti-transpirants locaux à base de chlorure d’aluminium n’est pas suffisamment efficace. Le traitement des aisselles par ionophorèse est également réalisable, mais plus compliqué à mettre en œuvre et moins efficace. Le traitement par ionophorese n’est pas recommandé dans les autres zones du corps, telle que le visage, le dos ou le torse.

La technique de l’ionophorèse consiste à appliquer un faible courant électrique à la peau pour bloquer le fonctionnement normal des glandes sudoripares. Le mécanisme par lequel l’ionophorèse améliore la sudation excessive est encore mal compris, mais il s’avère efficace dans plus de 80% des cas. Le patient plonge ses mains et/ou ses pieds dans des bassines remplies d’eau dans lesquelles passe un courant électrique de faible intensité, de 15 à 20 mA . Pour le traitement des aisselles, on utilise des accessoires (éponges contenant des électrodes) imbibés d’eau.

Le traitement par ionophorèse s’effectue dans un premier temps à raison de plusieurs séances hebdomadaires. On obtient généralement assez rapidement des résultats, qu’il faut par la suite entretenir en réalisant de nouvelles séances environ une fois par semaine. Dans le meilleur des cas, les rémissions peuvent durer jusqu’à 6 mois. Une fois le traitement d’attaque achevé, des séances d’entretien seront à réaliser dès la reprise de la transpiration.

Avant d’entamer un traitement par ionophorese, il est recommandé de consulter son médecin ou son dermatologue. Ce dernier pourra déceler les causes principales du trouble et proposer le traitement le plus adapté.

Attention, il existe des contre-indications au traitement par ionophorèse :

  • Arythmie cardiaque
  • Implants à commande électronique (tels que des pacemakers)
  • Implants métalliques se situant dans la zone de flux de courant
  • Implants intra-utérins en métal (pessaire)
  • Grossesses
  • Ulcérations de peau de grande envergure.
  • Insensibilité à la douleur

Coût et financement d’un traitement par ionophorese

Pour réaliser vos séances à domicile, vous devrez vous doter d’un appareil qui coûte entre 350 et 1000 euros selon la marque et la technologie. Ces appareils sont garantis de 1 à 3 ans et sont faciles à manipuler. Dans certains cas, il est possible d’obtenir un remboursement partiel de l’appareil. Pour cela, il vous faudra obtenir une ordonnance de votre médecin, puis votre demande passera devant une commission qui décidera de la somme remboursée en fonction des cas.

Si vous pratiquez vos séances chez un praticien équipé, généralement un dermatologue, voire un kinésithérapeute ou à l’hôpital, celles-ci sont remboursées par la sécurité sociale. La séance est facturée 8,61 € en milieu hospitalier et remboursée à hauteur de 70 % par la Sécurité Sociale. Il est préférable de débuter ce type de traitement par des séances chez un médecin avant d’envisager l’achat d’un appareil.

La ionophorese est  inefficace pour traiter les hyperhidroses importantes mais doit être envisagé avant tous les autres traitements qui se révèlent plus lourds.

 

Pour en savoir plus :

Le site de la ionophorese

Une sélection d’appareils de ionophorese de DayDry 

 

 

 



Commentaires fermés.