Une crème miracle contre la transpiration excessive

Creme-miracle-contre-la-transpiration-excessiveImaginez : Vous allez chez votre dermatologue ou votre médecin. Celui-ci vous applique une crème sur chaque aisselle en faisant pénétrer le produit. Et, miracle, vous ne transpirez plus sous les bras… pendant 6 mois !

Pour tous ceux qui sont atteints de transpiration excessive des aisselles (hyperhidrose axillaire), cela ressemble à une merveilleuse histoire de science fiction. Et pourtant, cela pourrait être dans quelques années une consultation très banale chez votre médecin. Cette extraordinaire avancée est le résultat des recherches de la société américaine Anterios, Inc, située à New York. Les chercheurs de ce laboratoire ont mis au point une lotion similaire au botox qui appliquée sur la peau après un massage d’une dizaine de minutes offrirait la même efficacité que des injections de Botox. Le produit est encore en phase de test et devra obtenir l’approbation de la FDA (l’équivalent de ANSE en France) pour être commercialisé aux Etats Unis.

En attendant cette petite révolution dans le traitement de la transpiration excessive des aisselles, il existe dès aujourd’hui des méthodes qui ont fait leur preuve et permettent de retrouver un vrai confort de vie.

  1. Les anti-transpirants locaux à base de sels d’aluminium tout d’abord.  Leur efficacité a été démontrée par de nombreuses études. Ils permettent de régler les problèmes de transpiration excessive localisée dans la plupart des cas. On les recommande en particulier pour la transpiration des aisselles.
  2. La ionophorese ou iontophorese. Cette méthode consiste à exposer les mains et/ou les pieds à un courant électrique continu transmis par immersion dans l’eau. Le patient dispose ses mains et/ou ses pieds dans les bacs remplis d’eau et tranversés par un courant de faible intensité. Après une dizaine de séances, les résultats sont déjà notables.
  3.  La prise de médicaments, tels que l’oxybutynine (Ditropan®) a montré son intérêt dans quelques cas. Ils permettent une nette amélioration dans près de 80% des cas, mais comportent de nombreux effets secondaires.
  4. Les injections de Botox dans les canaux sudoripares. La durée d’efficacité des injections de toxine botulique est variable, allant de 4 à 25 mois.
  5. L’opération chirurgicale dans les cas les plus sévères. Celle-ci consiste en la section du nerf sympathique au niveau thoracique (sympathectomie) provoquant un arrêt complet de la sudation de la partie supérieure du corps. Cet arrêt de la sudation dans la partie haute du corps s’accompagne hélas d’une hypersudation compensatrice dans la partie basse.
  6. Enfin l’ablation des glandes sudoripares de la zone souhaitée au laser ou par liposuccion. Cette solution définitive mais coûteuse pourrait être définitivement remplacée par la nouvelle technologie Miradry, une destruction des glandes sudoripares par micro-ondes. Développée aux Etats unis par la laboratoire californien Miramar Labs de Sunnyvale, la technologie Miradry est désormais disponible en Suisse.

Source International Hyperhidrosis Society



Commentaires fermés.